Menu principal


Galerie

Visiteurs

237457

En ligne...

Nous avons 9 invités et aucun membre en ligne

Articles

Overhead

L'overhead, le projet dans le projet...

L'overhead fut une des premières pièces à laquelle je réfléchissais il y a 7 ans alors que nous décidions de réaliser ce cockpit. En fait, j'étais bien loin de m'imaginer ce que serait cette aventure avec ces moments de joie et ces moments de galère. Il y a donc 7 ans je réfléchissais lors d'une balade en campagne à comment réaliser le retour automatique du bouton de démarrage des moteurs. Nous voilà quelques années après, et je vais tenter d'expliquer les différentes solutions utilisées pour la réalisation de cet élément, le plus complexe jamais réalisé pour ma part.

Tout débutait en novembre 2010 par la réalisation de la plaque supports. Les platines achetées il y avait quelques mois chez Opencockpit attendaient patiemment les retouches. Oui on ne vous le dira jamais suffisamment, chez OC (opencockpit) il faut tout reprendre, voir parfois tout jeter...

Donc, réalisation en médium de la plaque de support, les surépaisseurs livrées par OC ne sont pas utilisables dans l'état donc je découpe dans une feuille de plastique les rehausses permettant de donner le véritable aspect à certains modules de l'OVH.

La peinture des plaques est réalisée, mais l'épaisseur de 4 à 5 mm gêne le mouvement du bouton et ne donne pas une belle vision. Je prends mon courage à deux mains et prends la décision de modifier un outil généralement utilisé pour le bois afin de diminuer la hauteur des plaques aux emplacements des boutons. Les boutons sont fixés sur des plaques de plexis transparentes pour conserver un minimum de rétroéclairage, plaque de plexis elle-même collée à la cyanolite sur les plaques OC.

Chanfrein pour approcher les boutons.
Modification de l'outil pour ne pas toucher les trous.


La deuxième galère qui restera pour moi un échec sera la réalisation des voyants. Nous avons fait l'achat du pack complet des voyants pour l'obverhead. La galère concernant l'assemblage des voyants. Ne cherchez pas sur le site OC, il ne vous indique pas que vous allez recevoir les voyants en 5 pièces distinctes avec encore les auto-collants sans peinture découpés au laser qui semble plus proche de la hache que du laser. Bon, les photos parlent d'elles-mêmes, 5 X 100 voyants = 500 pièce à coller alors si après lecture de ce passage vous allez quand même commander les voyants chez OC envoyez moi directement l'argent le résultat sera le même pour vous sans la perte de temps. Franchement, je regrette d'avoir insisté et d'avoir monté ces voyants, ce sera mon plus gros regret du cockpit et je ne vous parle pas des voyants bleus. Petite info, au point où vous en êtes n'oubliez pas d'ajouter dans le voyant une petite feuille de calque pour éviter d'avoir deux points lumineux sur le voyant.

Assemblage des voyants
A multiplier par 100 ...
Remarquez la découpe de la pièce du bas ...
La peinture des voyants est trés fragile.
Deux couleurs noir & gris pour apporter une touche de réalisme...
 

Bon, montage des plaques, des voyants et des indicateurs à aiguilles qu'il faudra aussi reprendre pour changer les servomoteurs et ajuster les engrenages, je ne vous précise pas d'où ils viennent ( voir article Yaw).

Une petite vision du système permettant le retour en position repos des commutateurs pour le démarrage des moteurs. Un simple servomoteur servira aux deux boutons.

Une mécanique simple.
 



La partie affichage des tensions et des courants sera réalisée par un module de chez ITRON qui est un écran TFT tactile (!) qui fonctionne en USB ou RS232, très facilement programmable pour la modique somme de 100 ?. La liaison entre le PC et l'écran sera en RS232 pour des raisons de facilité.

Montage du module TFT
Module TFT du beau travail ....

Nous voilà à peu près avec un OVH complet, mais totalement inerte.

À l'origine, disposant de cartes pour PC permettant la commande de voyant et la lecture d'interrupteur je décide d'utiliser et d'isoler ces cartes dans les parties latérales du cockpit. Après construction d'un support à l'échelle 1 afin de réaliser le câble je m'aperçois très vite que cette idée va devenir irréalisable tant au niveau du câblage que du poids de l'ensemble.

Quelques notions d'électronique et nous voila partie dans le monde du microcontrôleur. Ne trouvant pas l'article recherché, je me suis lancé dans la réalisation de deux cartes permettant de gérer les entrées et sorties, en mode multiplexé pour les connaisseurs le tout pilotable par USB. La cerise sur le gâteau, les sorties sont variables en intensités lumineuses (PWM) afin de traiter les voyants des vannes qui changent d'intensités suivant l'état de la vanne.

Câblage de la carte des entrées.
Cartes des sorties
La carte des entrées.
 

Un long travail de câble est réalisé avec pour mission de passer le plus de câbles possible sur les montants verticaux afin de laisser passer la lumière nécessaire au rétroéclairage. Les petits modules de diodes permettent de limiter le nombre de câbles, chaque module permet de gérer 12 interrupteurs, et sont reliés par une nappe au microcontrôleur.

De même pour les circuits de sorties, les 12 modules disposent d'un circuit permettant le multiplexage et d'un circuit de puissance permettant d'alimenter les 16 leds par groupe de deux pour chaque module.

Plaques de diodes pour le multiplexage.
Plaques de gestion des sorties.
Diagramme de la partie hard

Il faudra environ 2 mois de travail assez intensif pour mettre au point ces deux cartes et le câblage de l'ensemble. Je dois aussi préciser que ces cartes sont de conception totalement perso et totalement adaptée à l'OVH.

Pour la partie soft ce sera le même combat, l'ensemble des développements sont fait maison sous visual studio en .Net. Pour la partie dialogue, j'utilise IOCP entre les différents programmes et FS afin d'optimiser la charge réseau beaucoup plus légère qu'avec FSUIPC. La base du dialogue de L'OVH est prise en charge par un soft maître appelé serveur_OVH. Il a pour charge la gestion entre les cartes et les offsets déclarés dans le fichier XML du serveur IOCP de FS.

Diagramme de la partie soft

Les fonctionnalités de l'OVH sont réparties en plusieurs programmes pour éviter d'avoir des applications trop chargées et plus faciles à maintenir. Chacune des applications lit et met à jour la valeur des offsets ce qui permet un lien permanent entre applications, cartes et FS.

Aujourd'hui, l'ensemble fonctionne hors cockpit puisque le développement n'est pas terminé. Les simulations de la partie électrique, la partie hydraulique, et la partie fuel sont terminées. Il reste la partie pack à terminer et la partie moteur à réaliser. Une troisième application viendra prendre les autres éléments annexes pour le simulateur. L'objectif de terminer sur l'été 2012 semble raisonnable, mais il faut se méfier des problèmes cachés, un retard d'un an ayant déjà impacté cette réalisation.

A bientôt pour le montage...